Participer à un circuit en Ouzbékistan pour expérimenter ses mythes

de | 13/03/2019

Dans la culture ouzbèke, les évènements qui marquent la vie d’une personne sont importants. Des rituels sont organisés pour des fiançailles, d’un mariage ou lors d’une naissance. Ces coutumes sont emplies de diversité et d’originalité. L’hospitalité est une des grandes valeurs traditionnelles de la population. Lors d’un séjour dans le pays, un habitant se fera un honneur d’inviter un touriste à son domicile. Une pratique très courante en Ouzbékistan. Loger chez un villageois est une occasion de goûter à la cuisine locale et connaître ses secrets.

Quelques rituels de la vie courante en Ouzbékistan

Dans leur quotidien, des cérémonies sont  préparées pour honorer un évènement qui marque la vie d’un Ouzbek. À la naissance d’un bébé, une fête appelée le Bechik-tuy est organisée le quatrième jour après sa venue au monde. Elle consiste à parer le couffin du nourrisson de divers objet dont il a besoin. Le soin de cette décoration est laissé aux grands-parents maternels. Les aînées couvrent l’enfant de son premier lange avant de le déposer dans le berceau. C’est là où les convives viennent le voir après la fête pour lui offrir un présent. Un petit garçon devient un homme au moment où il est circoncis, lors de la cérémonie du Khatna-kilish ou le Sounnat Tuyi. Dans la soirée précédant la circoncision, les parents âgés ou sages donnent leur bénédiction, les autres lisent le Coran. L’enfant reçoit ainsi des cadeaux symboliques.

Un circuit en Ouzbékistan est aussi un moyen de voir comment se déroule un mariage. Le futur époux demande la main de la jeune fille et la grâce de ses parents. La famille du garçon, quant à elle, comble la belle-famille de présents. Après avoir parlé du but de leur visite, tout le monde célèbre le « non sindirish » ou la rupture de la galette. Ils fixent alors une date et les marieuses reçoivent des cadeaux de la part des parents de la future mariée. Ces derniers en donnent également, à leur tour, à ceux de leur futur gendre. C’est le Fatikha-tuy ou les fiançailles. Le jour J, la fiancée attend dans une pièce, où le mollah vient lui demander son consentement. Il lit alors le Nikokh, la terminaison de l’union des jeunes. La femme quitte le foyer parental munie de ses dots pour rejoindre son mari dans leur nouvelle demeure.

Les Ouzbeks et la religion

En Ouzbékistan, 90 % du peuple sont des pratiquants musulmans sunnites. Un islam assez particulier, fusionné aux croyances ancestrales comme le zoroastrisme et le chamanisme. Certes, une ouverture a tout de même été intégrée. Les femmes y sont admises sauf dans certaines mosquées de Ferghana. À Boukhara, la présence des juifs témoigne du parcours historique du pays. Quant aux Russes, ils comblent les temples orthodoxes. D’autres religions sont également représentées en Ouzbékistan.

error

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
32 ⁄ 16 =